Pensez à conserver la source de votre texte et
merci de donner la référence de notre site web aux personnes que vous connaissez.

Chants de la Forteresse
Indestructible de Roche Grise

 


LES SIX POINTS ESSENTIELS

Les créations de l'esprit sont plus nombreuses
Que les grains de poussière des rayons du soleil.
Mais le Yogi tel un Seigneur
En connaît la nature propre et la réalité.

La matière en son état originel
N'est nullement une production de causes ou d'influences.
Mais le Yogi tel un Seigneur
Conduit une recherche scrupuleuse.

Les souvenirs en l'esprit surgissant
Ne seraient pas même contrariés par une troupe de lanciers.
Mais le Yogi tel un Seigneur
Sait en renverser la dépendance.

La versatilité mentale
Ne serait pas même fixée dans un carcan ferré.
Mais le Yogi tel un Seigneur
En reconnaît le Vide.

La profusion des plaisirs sensuels
Ne serait pas même abandonnée par un dieu de sagesse.
Mais le Yogi tel un Seigneur
Connaît amplement les sens et leurs objets.

L'apparition des perceptions sensibles
Ne serait pas même vaincue par la main d'un conquérant.
Mais le Yogi tel un Seigneur
En reconnaît le néant.

UNE SEMBLABLE EXPERIENCE SPIRITUELLE
Se produit-elle par étapes
Ou bien en une seule fois ?

Elle naît instantanément pour les êtres doués de capacités supérieures et puissantes ; mais elle survient progressivement, par étapes, en quatre maîtrises, pour les hommes moyens ou inférieurs, répondit le Vénérable.
J'expliquerai les signes infaillibles de leur apparition.
Il dit alors un chant pour distinguer ce que sont ou ne sont pas les quatre maîtrises contemplatives.



Je me prosterne aux pieds de l'Excellent Lama.

S'accrocher à la matérialité de l'esprit est cause du samsâra.
Sans s'attacher aux évidences,
Si l'on reconnaît sa propre réalité
Comme spontanément créée,
L'on aborde aux frontières de la concentration unique.

Méditer sur les couleurs et les formes, parler néanmoins de fusion,
Accomplir des actes contraires tout en discourant sur le karma,
Pour l'ignorant qui médite la misère mentale,
Il n'y a nulle maîtrise de la concentration unique.

Sans s'attacher aux évidences
L'esprit, libre de toute élaboration,
Possède la substance de la félicité.
Alors que sa nature s'illumine ainsi que l'espace,
L'on aborde aux frontières libres de création .

Multiplier les actions, parler néanmoins d'inactivité,
Accumuler les métaphores et discourir sur l'ineffable ;
Pour l'ignorant qui médite un intérêt égoïste,
Il n'y a nulle maîtrise de l'incréé.

L'identité de samsâra et nirvâna
S'expérimente dans le divin Corps de Vérité.
L'on ne différencie plus apparence et vacuité,
L'être vivant se fond dans le Bouddha.
L'on aborde aux frontières de la saveur unique.

S'exprimer d'abondance, parler d'un seul goût,
Interrompre les méditations, discourir sur des détails ;
Pour l'ignorant dans la confusion,
Il n'y a nulle maîtrise d'une seule saveur.

L'imagination, en son essence, porte la sagesse.
Spontanément et sans effort,
L'on ne distingue plus les causes de leurs fruits.
Alors que s'achève en soi les Trois Corps d'un Bouddha,
L'on aborde aux frontières de la non-méditation.

Activer son intellect en dissertant de la non-pratique,
Cultiver la bêtise, discourir pourtant de luminosité ;
Pour l'ignorant dispensateur de leçons,
Il n'y a nulle maîtrise du yoga de non-méditation.


Le disciple ajouta :

Ces expériences sont absolument extraordinaires !
Mais pour nous, les êtres soumis au monde,
de quelle façon assimiler et pratiquer ?


LES SIX VERTUS TRANSCENDANTALES

Je me prosterne aux pieds du Seigneur Guru.

Les richesses ressemblent à la rosée sur l'herbe,
Sans y attacher votre esprit, donnez-les !

La vie dans un précieux corps humain
Protégez-en la discipline comme la prunelle de vos yeux !

La colère est la racine de la damnation,
Même si votre souffle fuyait, méditez la patience !

N'oeuvrez pas faiblement pour vous-même et les autres,
Avec assiduité pratiquez les vertus !

Ne vous illusionnez pas sur les buts du Mahâyâna,
Exercez-vous à la concentration sur un seul point !

Si vous n'avez pas trouvé l'Eveil en cherchant,
Observez le signe de votre propre esprit !

La foi ressemble aux brouillards d'automne,
Dans l'instant qu'elle se dissipe, je vous en prie, persévérez !

CHANT DES CINQ ASSURANCES

A cause du fruit de votre œuvre, de votre terrible réussite dans l'épreuve, Vénérable, nous vous prions de nous donner un enseignement sur la manière de garder courage tout au long du parcours spirituel.


Dégoûté par les lois du monde,
L'on prend des résolutions avec une foi violente.
L'attachement au pays, il est dur d'y renoncer ;
La terre des ancêtres abandonnée, la colère s'apaise.
L'amour des parents et des alliés, il est dur de le réprimer ;
Leur proximité abandonnée, le tourment se libère.
La satisfaction par la richesse n'est pas venue ;
L'on porte du coton seulement, les passions sont renversées.
L'attraction mondaine, il est dur d'y renoncer ;
Mais l'orgueil est brisé
Quand l'on adopte une position humble.
L'arrogance de l'ego, il est dur d'y renoncer ;
Comme les bêtes sauvages
L'on vagabonde dans les montagnes.
Vous avez un but, croyants qui amassez des mérites.
Ceci est l'assurance de la persévérance.

Le Corps de Dharma est semblable à l'espace.
Bien qu'il soit diffus en tous les êtres,
Ceux-ci errent dans le cycle des existences
Par suite de leur ignorance.
On le connaît en parti, il est dur à stabiliser.
En vérité, s'il n'a pu être affermi,
S'y glissent alors les cinq poisons traditionnels.
Ainsi, sans dessein, infantile, l'on divague.
En vérité, s'il a pu être stabilisé,
Les sensations toujours apparaissent
Sans que l'on s'y attache.
L'on demeure continuellement
Dans les Trois Corps inséparables.
Ceci est l'assurance de la réalisation.

La contemplation, l'après-contemplation,
Se présentent distinctes aux débutants.
Pour un esprit ferme,
Les conceptions doubles n'existent pas.
Dans un yoga sans agitation,
Les sensations toujours apparaissent
Sans que l'on s'y attache.
L'on demeure continuellement
Dans les Trois Corps inséparables.
L'énergie d'un être, en l'absence de passion,
Est la base d'attributs délicieux.
L'homme avisé médite tout comme l'espace,
Il n'est pas attaché à une conduite particulière.
Ses possessions, sa beauté physique,
Tout ce qui se manifeste,
Il le reconnaît pareil à la brume.
Même la volonté de conduire les êtres vivants
Est l'illusion d'un caractère ordinaire.
Comme le reflet de la lune ne s'attache pas à l'eau,
L'on ne se vêtira pas avec le lien des perceptions.
Telle un lotus qui naît de la vase,
Voici l'assurance du comportement.

Comme l'espace, l'esprit partout se diffuse.
Influences, manifestations,
S'illuminent dans le divin Corps de Vérité.
Il est le Bouddha lui-même, l'omniscient,
Transparent comme la boule de cristal
Posée sur la paume d'une main.
D'abord, d'où que ce soit, rien n'arrive.
Dans l'intermède, nulle part, rien ne reste.
A la fin, partout, rien ne disparaît.
En demeurant contemporain
Du passé, du présent et du futur,
Les causes de naissance et de mort
Ne viennent plus à l'esprit.
Il semble l'espace en sa pureté primitive.

La masse des nuages gris et noirs
Se résorbe en elle-même.
Il ne reste plus trace des quatre éléments.
L'esprit qui tout embrasse ressemble à l'étendue céleste.
Il n'est plus séparé du déroulement de l'incréé.
Vers le cycle infernal des trois royaumes,
La voie est coupée.
Ceci est l'assurance de l'accomplissement.

Le yogi qui réalise cela
En quittant ce corps illusoire,
Dans le Bardo perfectionnera ses qualités.
Les instructions profondes seront reconnues,
L'esprit de Mère et Fils se rencontrera.
S'ils devaient ne pas se retrouver,
Le corps périssable, cause originelle d'impureté,
Associé aux préceptes purs, serait purifié
Pour apparaître en Corps de Félicité.
Sachant ce Corps de Plaisir pareil à un mirage,
L'on ne craindra pas les erreurs de chemin.
Ceci est l'assurance d'un bardo sans errance.


Transportés de foi, les villageois revinrent souvent par la suite offrir leurs services au Vénérable.

Source: Les Cent Mille Chants de Milarepa (ed. Fayard)...www.lespasseurs.com



Retourner aux Textes à Méditer

Tous droits réservés pour tous pays Copyright © les Passeurs