Pensez à conserver la source de votre texte et
merci de donner la référence de notre site web aux personnes que vous connaissez.

 

Je suis le sel de la terre

 

Vous êtes le sel de la terre. Si ce sel perd sa saveur, avec quoi la salera-t-on ?
Ce sel ne vaut plus rien : il n’est bon qu’à être jeté dehors et piétiné.

Vous êtes la lumière du monde.
Une ville au sommet d’une colline n’échappe pas aux regards.

Il en est de même d’une lampe : si on l’allume, ce n’est pas pour la mettre sous une mesure à grains :
au contraire, on la fixe sur un pied de lampe pour qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.

C’est ainsi que votre lumière doit briller devant tous les hommes,
pour qu’ils voient le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père céleste.

Ne vous imaginez pas que je sois venu pour abolir ce qui est écrit dans la Loi ou les prophètes ;
je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir.

Oui, vraiment, je vous l’assure : tant que le ciel et la terre resteront en place,
ni la plus petite lettre de la Loi, ni même un point sur un i n’en sera supprimé jusqu’à ce que tout se réalise.

Par conséquent, si quelqu’un n’obéit pas à un seul de ces commandements
— même s’il s’agit du moindre d’entre eux —
et s’il apprend aux autres à faire de même,
il sera lui-même considéré comme « le moindre » dans le royaume des cieux.
Au contraire, celui qui obéira à ces commandements et qui les enseignera aux autres,
sera considéré comme grand dans le royaume des cieux.

Je vous le dis : si vous n’obéissez pas à la Loi
mieux que les spécialistes de la Loi et les pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.


Source: Matthieu chapitre 5 versets 13 à 20...www.lespasseurs.com



Retourner aux Textes à Méditer

Tous droits réservés pour tous pays Copyright © les Passeurs